Film : « Split »

Ca y est j’ai vu « split ». Et oui Opale, je l’ai quand même vu ce film. « Split » est un film de Night Shyamalan qui relate la dérive criminelle d’un homme possédant 23 personnalités.

En général les films de Night Shyamalan laissent toujours sur leur faim. Je me souviens de « le village » film à petit budget, partant d’une bonne idée mais dont la fin était hyper prévisible, il y a eu aussi « incassable » cette fois avec un budget conséquent et Bruce Willis au générique qui aurait du apporter une pirouette sur la fin mais c’était prévisible, le pas mauvais « sixième sens » toujours avec super Bruce plus quelques nanars bien sentis… Enfin, tout cela pour dire qu’en général ça se regarde, que c’est pas mal, mais qu’au bout il manque un « je ne sais quoi », ce truc qui fait la différence entre un film moyen et un bon film. Split n’y échappe pas.

Alors le scénario repose sur le fait qu’un homme, Kevin, a été traumatisé dans son enfance par une mère violente et qu’il s’est dissocié en de multiples personnalités afin de survivre. Nous ne verrons tout au long du film que 5 personnalités -et c’est bien assez- sur les 23 qu’il est censé posséder. Chacune des personnalités à un prénom, un look, une façon de se comporter et des attentes différentes des autres. Il y a des personnalités gentilles, des enfants, des femmes, des méchants… Bref, il s’avère que la personnalité de base a baissé les bras et  céder sa place à 2 méchants, une femme et un homme, qui « croient » dans le retour de la « bête » et en attendant son retour il faut lui trouver de quoi la nourrir. Et comme il se doit, la bête ne se nourrit que de jeunes filles. Mais impures. Mais pas du tout dans le sens où vous le penser.

Donc trois ados vont alors être kidnappées et le film repose sur leur confrontation avec les différentes personnalités et leur tentative d’évasion. Parmi les 3 ados, il y en a 2 pas très fufutes et immatures comme on peut l’être à 16 ans et une qui est différente, elle parle peu, fuit les contacts et ont apprendra qu’elle a été abusée sexuellement dans son enfance. Entre les scènes, de temps en temps, on voit Kevin, ou Barry, à moins que ce ne soit Denis, allez voir sa psychiatre. Celle-ci fait des conférences sur lui, car elle cherche à démontrer que les personnalités multiples non seulement existent mais que cette démultiplication s’appuie sur l’utilisation de capacités cérébrales inaccessibles au commun des mortels et que de ce fait la personne atteinte pourrait utiliser le pouvoir de son cerveau pour se modifier corporellement afin de devenir qui il veut. Au début les interventions de la psy sont intéressantes et s’appuient sur ce que l’on sait. Les personnalités multiples sont bien une seule et même personne, que ces personnalités sont indépendantes les unes des autres et ne savent pas nécessairement ce que les « autres » font, qu’il existe une personnalité de base qui a parfois du mal à s’imposer, que ces personnalités peuvent être masculine comme féminine, qu’elles s’appuient sur des dissociations traumatiques et que les faire cohabiter et communiquer est complexe.  La où ça déraille c’est lorsqu’elle accorde en fait des capacités cérébrales supérieures aux dissociés et qu’elle explique qu’ils peuvent se transformer physiquement.

Bien sur, comme c’est un film, le scénariste a donné raison à la psy. Et ce qui est intéressant c’est que la 24ème personnalité, la « bête », celle qui permet la transformation, est ce que j’appellerais le « monstre colère » de Steve. Et son « monstre colère » est destructeur, violent, agressif et cannibale. Et une fois qu’il est là, les autres personnalités ont du mal à reprendre le dessus.

 

Alors ce n’est pas un film pour les jeunes, c’est bien pour Halloween pour les ados et pour les plus grands qui n’aiment pas les films d’horreur mais qui apprécient les thrillers. L’acteur principal se débrouille pas mal dans ses différents rôles, par contre la minette qui…. enfin bref vous verrez bien… et bien on lui a filer un rôle mou mais mou. Je n’avais qu’une envie c’était de la secouer.

La fin est en queue de poisson, normal -vous l’aurez compris- dans un film de Shyamalan. Je ne vous dirai pas comment ça fini. Sachez que Bruce Willis fait une très courte apparition à la fin, faisant ainsi le lien avec « incassable » et informant qu’il y aura une suite à « incassable » comme l’a confirmé N. Shyamalan mais aussi certainement à « split ». Bref, un film regardable pour un petit moment d’angoisse mais qui s’oublie très vite.

Je ne peux plus mettre de vidéos sur ce site, aussi je vous laisse faire une recherche de bande annonce sur le web comme des grands.

split_affiche

 

Publicités

10 réflexions sur “Film : « Split »

  1. J’ai adoré le jeu d’acteur excellentissime !
    J’ai bcp aimé l’ado les références à son histoire en lien avec sa façon de réagir et d’ agir. Chasse : observation, patience, analyse; et les histoires qui expliquent son espèce de « ne fait confiance en personne » et instinct de survi ou de résignation
    La psy oskur !

    J'aime

  2. Hello :-)…Mince mon égo en prend un coup :(, je pensais que vous n’iriez pas sans moi ! Lol 😉
    Moi aussi je n’ai pas du tout aimé le rôle mou mou de la « minette…Juste Regardable vous dîtes ?! Bon moi j’avoue que les seules parties que j’ai vraiment adorées c’etait au moment des consultations…je pourrais les regarder en boucle tellement j’ai apprecié le jeu des acteurs à ces moments là..le reste oui, on peut trouver mieux…et sinon, en general vous vous identifiez aux psys des films americains ou pas du tout? Je dis americains car je n’ai pas vraiment de films français en tête sauf dans « qu’est de qu’on a fait au Bon Dieu » avec le fameux psy qui ne sait dire que  » qu’en pensez-Vous »? Lol

    J'aime

    1. Non pas du tout. Par contre je tends l oreille sur ce qu’ils disent afin de délier le vrai du faux. Mais je ne m identigie d ailleurs à personne dans un films, justement parce que c est un film et qu’à la fin de la scène je sais que les morts se relèvent et vont boire un café.

      J'aime

      1. D’accord…C’est un grand avantage que vous avec du coup! j’ai beaucoup de mal à de niveau c’est bizarre..je suis du genre à deprimer pendant une semaine quant un personnage que j’aime bien meurt ou alors à avoir tres peur des films d’horreur qui font peur à personne, des series comme esprit criminel parce que j’ai du mal à retirer l’image de tel serial killer dans ma tête…C’est un peu la honte j’avoue lol

        J'aime

    2. Bonjour Opale, votre commentaire m’a fait me souvenir d’un film français où le jeu entre le patient et son psy est percutant, c’est « passage à l’acte » avec Patrick timsit (qui n’est pas du tout du tout dans le registre comique ici) et Daniel Auteuil…

      J'aime

  3. Après avoir vu « signes » qui m’avait bien déçu le réalisateur est remonté d’un cran avec celui-ci. Mais ce qui m’a surtout plu c’est le jeu de l’acteur et la montée de l’intrigue avec les séance chez la psy et le parallèle de ce qu’il se passe chez Kevin.
    J’ai trouvé ça too much le passage gore… Non pas pour le côté sanglant mais pour le côté pertinence dans le film qui justement se construit autour d’une atmosphère particulière basée sur l’incertitude… En gros, y’a pas de surprise, ce qui est annoncé tout le long du film va se produire. J’espérais justement une autre issue que l’apparition de « la bête » ou alors envisagée autrement.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s