Le blog et les patients

Vous vous êtes souvent demandé si mes patients lisaient ce blog et mes patients qui se lisent ce blog vous répondraient que oui ils le lisent.

Mais pas tous les patients. A certains je leur ai donné l’adresse du blog parce qu’ils avaient besoin de continuer à comprendre certaines notions, d’autres l’ont découvert par hasard et ont retrouvé mon style et je n’ai pas nié. D’autres encore connaissaient mon blog sans savoir que c’était moi qui l’écrivait et m’en parlait. Et quelques très rares lecteurs/lectrices ont fini par devenir mes patients (je dirais 4 ou 5 en 10 ans).

En général, je connais les pseudos de mes patients, pas de tous, il y a des cachottier(e)s qui me demandent souvent si je les ai reconnu. En fait, les reconnaître n’apporte rien.

Certain(e)s de mes patient(e)s continuent de me lire. Des fois ils et elles me parlent d’un article, s’y réfèrent, utilisent les métaphores mises en ligne. D’autres, décident de ne plus lire le blog parce que ça perturbe leurs cogitations entre deux séances, parce que la lecture des articles posent plus de questions qu’elle n’en résoud, parce que des fois cela interfère avec leur suivi et parce que parfois la confusion Vergi et Psy devient difficile à suivre (ici on se tutoie, pas en séance, ici on sympathise pas en séance, ici on fait comme si on était des copines pas en séance).

Personnellement, ça ne me pose aucun problème. Sauf.

Sauf que mes patients je connais leurs problématiques et que lorsque je lis certains de leurs commentaires sur le blog je sais ce qui se joue. La tentation est parfois grande de répondre en tant que « psy du patient », cela peut m’arriver d’ailleurs quand je lis une question qui a déjà été abordée ou un sujet qui tracasse trop profondément la personne, je réponds en biaisant (ou il y a un « i » avant le « a » j’y veille) et je sais que le patient va comprendre, mais la plupart du temps je réponds à mes patients comme je répondrai à n’importe quel autre pseudo, c’est à dire de façon directe. Je toute façon même en séance je suis directe, mais ici je peux entrouvrir des portes à des personnes qui ne sont pas mes patient(e)s (tout en leur conseillant d’en reparler à leur psy) alors qu’en séance je n’ouvre pas les portes, c’est au patient de le faire. Et puis ici on n’est pas en séance, on est sur un blog, je ne suis la psy de personne mais je suis la psychologue qui répond à tous et toutes.

Est-ce que ce blog apporte quelque chose à mes patients et ex patients ? Je ne sais pas vraiment. En général, ils et elles sont accro. lol. Avec le temps et leurs avancées mes patients et surtout mes ex patients commentent moins, ils deviennent de simples lecteurs/observateurs ce qui leur permet souvent de prendre conscience du chemin qui a été parcouru.

Comme je l’ai écris plus haut parfois les articles du blog sont perturbants parce que il arrive que l’article tombe pile poil sur un truc qui vient d’arriver au patient et ça remue.  Parce que aussi lorsque le patient pense avoir enfin compris l’article lui montre qui pourrait y avoir d’autres hypothèses ou une autre façon de concevoir son cheminement. Bienvenue au club, mesdames, messieurs, vous comprenez ce que vivent les étudiants en psychologie qui passent d’une journée à l’autre d’une maladie mentale à l’autre car nous pouvons tous à un moment nous reconnaître dans tel critère ou tel ressenti. En fait le psychisme est très abstrait et fonctionne en abstraction, il crée des « choses » -je vais dire cela comme cela- étrange qui font que parfois les patients en cours de psychothérapie se demandent s’ils ne sont pas dingues, le fait de poser des images, des visualisations, des métaphores de concepts permet aux personnes de mieux appréhender comment fonctionne leur psychisme et comme le faire « travailler ».

J’ai aussi des psys qui me lisent. Si si je le sais. Certains juste pour rigoler 5 minutes, d’autres juste pour voir s’ils sont d’accord ou si nous avons le même type d’expérience et d’autres pour comprendre ce qu’ils n’ont pas compris. Mais chut, faut pas le dire !

psychologue.net

 

 

Publicités

14 réflexions sur “Le blog et les patients

  1. Tu dis que de ton côté, jongler entre Vergi et la psy en personne face à un patient / lecteur ne te pose pas de problème mais de l’autre côté est ce que du coup il y a risque de débordement et as-tu eu besoin de recadrer pour éviter de tomber dans le copinage ? Ça ne doit pas évident parce qu’autant pour toi, la professionnelle, tu sais faire la part des choses mais en face tu ne peux savoir comment le patient va réagir car via ton blog il a accès quelques infos perso te concernant et ça pourrait influencer son comportement.

    J'aime

    1. Tu parles en séance? Non jamais je n’ai eu d recadrage à faire mais je crois que c’est plus difficile pour quelques patients de séparer Vergi de la psy. Mais e même temps, c’est moi !

      J'aime

  2. En parlant de blog je lis en parallel de votre blog un autre blog de psychotherapeute dont l’auteur vient enfin de poster pour dire qu’il était de retour(peut être vous voyez de quel blog je parle) 😀

    J'aime

    1. Je vois de quel blog vous parlez mais je le trouve assez malsain. J’y suis retournée deux ou trois fois et à chaque fois, il me fait cet effet. Il y a un côté « moi je » et une volonté de dire quoi faire aux patients très dérangeante. Je ne sais si je suis la seule à éprouver ça en lisant le blog de ce psychothérapeute.

      J'aime

  3. Oui en séance. .. c’est ça, c’est la même personne mais en temps pas la même position donc pas le même comportement dans la relation. .. les patients/ lecteurs pourraient s’y perdre mais apparemment c’est carré pour toi donc pas de risque de dérapage

    J'aime

  4. « d’autres encore connaissaient mon blog sans savoir que c’était moi qui l’écrivait et m’en parlait.  » Bah après difficile de savoir qui vous êtes en vrais car il n’y a pas ou peu d’indice sur votre blog pour savoir qui vous êtes vraiment,contrairement à l’autre blog psy ou en cherchant bien on finit par trouver assez facilement

    J'aime

  5. Bonjour. Lorsque j’ai compris dans tes écrits ou via des commentaires que certains de tes patients étaient tes lecteurs en toute conscience. Je me suis posé ces questions. Enfin celles côté patient à vrai dire. Je me suis imaginé être sur le blog de ma psy et je dois dire que j’en avais conclu que certainement j’aurais lu mais en silence. Je pense que a ce moment là, j’aurais certainement eut peur de participer que pour voir les réactions de ma psy et donc que rien aurait été spontané de ma part. Bref un échange non utile pour moi au final. A l’époque de cette hypothèse j’étais en plein dans mon transfert massif. Avec soif de tous savoir sur elle, bref en plein délire que je tentais un maximum de gérer mais qui parfois me débordait. Aujourd’hui après changement de psy, je ne vois plus les choses de la même façon.
    J’ai d’ailleurs parlé du blog à ma psy actuelle (elle le lit peut être, coucou c’est moi lol) je pense que lorsque le cadre est bien tenu, cela change tout. Les échanges peuvent donc être constructifs et apporter un plus non négligeable.

    J'aime

    1. Certain(e)s de mes patient(e)s lisent mais ne commentent jamais. D’autres commentent. Certain(e)s posent des questions qui vont dans la continuité de leur problématique mais parce que l’article leur permet de se poser des questions supplémentaires.
      Voila tu as parlé du blog, tu as parlé de ce que tu as lu, de tes réflexions. Elle dit qu’elle est d’accord ou pas, mais ça ouvre une parole et un échange qui te permet de réfléchir ou d’avancer. C’est quand même le but, car ce n’est pas en lisant le blog qu’une personne va résoudre ses problématiques, le blog c’est comme un document de travail, tu le lis, tu t’en inspires, tu voies ce que tu en fais.

      J'aime

      1. Moi c’est surtout les commentaires dont je lui fait part. Car parfois il exprime mieux que moi quelque chose que j’ai tenté de verbalisé.
        D’autre fois j’arrive avec « dites je me demande si je ne serais pas (notion se psychologique) » et la j’ai droit a Vergi à fait un article sur…. Et on en rigole
        Par contre je sens qu’elle recentre sur moi à chaque fois, elle ne veut pas me donner ça Def ni même son avis si j’ai raison ou pas. C’est toujours » peut importe le nom vous vous ressentez quoi ? »
        Alors oui je confirme c’est un bon document de travail pour moi.
        Et c’est aussi une distraction intéressante à mon goût. Donc utile et agréable lol

        J'aime

  6. Je suis incapable de dire à ma psy que je consulte ce blog..Je ne partage pas avec elle les réflexions que génèrent mes lectures.. c est fou comme j ai peur d être jugée.

    J'aime

    1. Pendant pas mal de temps je n’en parlais pas, parfois ça passait dans ma tête en séance mais très vite. Mais suite à un article qui m’a particulièrement touchée j’ai fini par le faire. Cet article je l’ai relu X fois, limite je le connaissais par cœur. Et lors de ma séance je n’étais pas là. Je me disais dans ma tête mais je m’en fou de tous ça… En sortant j’étais incapable de me rappeler de quoi nous avions parlé. Ce qui ne me ressemble pas. Du coup à la séance suivante, j’ai parlé de cet article et donc du blog en général. Je ne me suis pas posé la moindre question sur ça réaction. La lecture de l’article m’ avait vraiment perturbé, fallait que j’en parle ça débordait trop. Et donc à qui en parler si ce n’est pas à ma psy lol

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s