Combien de temps dure une psychothérapie ?

Ah vaste sujet qui fini toujours par revenir sur le tapis. Les patient(e)s s’imaginent toujours que ça va être rapide.

« Bon j’ai un truc sur le cœur, je vais voir un(e) spécialiste, je vais lui balancer mon truc et dans 2 à 4 séances on n’en parle plus… »

Voui voui.

C’est comme ça qu’on en prend pour 2 à 5 ans, voire plus en psychanalyse.

Déjà il ne suffit pas de passer la porte du psychologue, de s’asseoir sur son canapé et d’ouvrir la bouche pour ce qui pousse à consulter soit dit. Certain(e)s mettent des mois à parvenir à -enfin- dire ce qui travaille là tout au fond ou si cela est abordé à -enfin- prononcer LE mot, celui qui résume tout.

Et puis, une fois que c’est dit, que cet arbre de la parole est enfin tombé, apparaît toute la forêt dans son entièreté. Et chaque arbre est une problématique en soi. Les arbres sont souvent reliés les uns aux autres et plus on en abat plus ils sont fins mais plus il y en a.

Je l’ai déjà dit sur ce blog maintes et maintes fois, en général les patient(e)s ne consultent pas pour ce qu’ils annoncent. Normal, ils et elles ne voient que la surface, les symptômes. Mais le psy les symptômes il s’en fout. Ce qui l’intéresse c’est pourquoi. C’est un peu comme si tu venais chez le psy en disant « j »ai des boutons ! », le psy s’en fout de tes boutons, ce qu’ils veut savoir et t’aider à trouver c’est pourquoi tu as des boutons. Et pourquoi des boutons et pas des plaques rouges ? Et pourquoi ces boutons là et pas d’autres ? Et pourquoi ils sont à cet endroit là ? Et comment tu vis le fait d’avoir des boutons ? Et est-ce que tu as plus de boutons quand on te regarde ou quand tu es tout(e) seul(e) ? Et si tes boutons disparaissent et apparaissent à des moments bien précis ? Et si ils sont là depuis longtemps ? Et si quelqu’un dans ta famille n’en n’avait pas déjà ou une autre forme de truc visible ? Et pourquoi tu optes pour des boutons pour qu’on ne t’approche pas alors qu’il suffirait de dire que tu ne veux pas qu’on t’approche ? Et pourquoi tu fais tout pour te rendre moche et non désirable ? etc etc etc…

Bref tu l’auras compris avoir des boutons soulèvent beaucoup de questions !

Avoir un burn out aussi, tout autant qu’être frigide ou avoir peur de son père.

Et du coup savoir combien de temps va durer ta psychothérapie est impossible à chiffrer.

De plus c’est totalement individuel. Certaines personnes avancent vite, d’autres non. Certaines peuvent s’extirper facilement d’un milieu toxique d’autres sont contraintes d’y rester. Ca change complètement l’impact de la psychothérapie et donc la vitesse de cheminement. Et puis il y a les blocages ceux qui font qu’on ne veut pas voir, pas comprendre, pas travailler dessus, même pas y penser une fraction de seconde. Tout cela ralenti le processus thérapeutique.

Alors savoir combien de temps va durer une psychothérapie, je n’en sais jamais rien.

La seule chose que je peux dire c’est que c’est au mini 6 mois (à raison d’1 séance par semaine) ou 1 an (si 1 séance chaque 15 jours) et au maxi 5 à 6 ans.

Je ne cesse de le dire, en psychologie pas de « pilule magique ». Venir en urgence 1 mois avant de prendre l’avion alors que rien que l’idée terrorise est voué à l’échec. Penser qu’en 3 mois on va régler une phobie relève de l’utopie totale (même si en surface elle aura disparu, elle mettre toute sa joie et son allégresse à réapparaître sous une autre forme).

Quand au bout de 6 mois j’entends des personnes dire, bon je crois que je suis arrivée au bout. Je sais que ce n’est pas possible car on n’arrive jamais au bout de rien. On va mieux, on n’y pense plus, mais croire que tout va super bien ce n’est pas vrai. Il y a toujours des choses à régler. Faut il le faire ? Je n’ai pas de réponse. Souvent non, mais si on en a envie on entame alors une psychanalyse.

Certain(e)s me diront « oui, mais une psychothérapie ça revient super cher ! ». C’est vrai. Mais à combien évalues-tu ta santé mentale (😜) ? Sois bien conscient(e) que ta santé physique dépend aussi de ton mental, que ton adéquation à ton environnement dépend aussi de ton équilibre psychique, que tes capacités à gérer ce qui t’entoure, à prendre ta place de partenaire ou de parent, dépendent aussi de l’état de ton psychisme. Croire que le psychisme passe après tout est totalement illusoire, il devrait passer AVANT tout.

On me dira « tu prêches pour ta paroisse ! ». Je croies que toutes les personnes qui sont déjà avancé dans leur psychothérapie ou qui ont touché au but adhèrerons au fait que l’équilibre psychique passe avant tout le reste. Comme souvent en cours de psychothérapie on entend « mais pourquoi n’ai je pas fait tout cela plus tôt ? ». Parce que comme beaucoup de personnes tu as cru que tout cela n’était guère important, que ça s’arrangerait avec le temps, que ça n’avait pas vraiment d’impact sur ta vie, que les vacances c’était plus vital… Pourtant quand tu lis les témoignages sur ce blog, tu comprends que ce n’est pas toujours facile et que parfois tu rames, mais -je m’avance peut être-  personne ne ferait marche à arrière.

Alors combien de temps ça va durer ? Longtemps. Mais 5 ans dans toutes une vie est-ce que c’est si long que cela ?

George Redhawk 19.gif

 

 

Publicités

16 réflexions sur “Combien de temps dure une psychothérapie ?

  1. Bonjour Vergi , quand j’ai consulté pour la première fois ma psychiatre-psychothérapeute, je me suis dis : « elle va me filer des cachetons et dans un mois c’est réglé ! ».
    Pas du tout , j’y passé 8 ans et demi , c’est pas ce que j’avais prévu.
    Au début, j’étais sous anti-depresseurs , j’allais mieux donc j’ai arrêté 2 ans et demi après , et là , dépression , conscience de la relation avec ma mère et énorme transfert sur ma psy , la thérapie a commencé à ce moment là, le début c’était la descente aux enfer .Je souffrais de dépendance affective, je crois même que si m’a psy avait disparue, je disparaissais aussi .
    Après en avoir bavée pendant 3 ans , je décidais de grandir , il fallait que je sois capable de vivre sans elle , et puis j’y suis arrivé, j’ai grandi et encore plus l’année après lui avoir fait mes adieux.
    Aujourd’hui, je suis fière de moi car je me suis battue , je voulais m’en sortir.
    Bien-sur aujourd’hui, j’arrive à mieux me gérer émotionnellement, c’est pas parfait mais j’arrive sans les autres , j’ai encore des moments limites de tristesse et de sentiment d’insécurité mais j’arrive à surmonter tout ça .
    Je pense que tout n’est pas encore réglé mais je suis contente de mon chemin parcouru avec des progrès faramineux !
    Parfois , on n’a pas le choix , la thérapie doit prendre le temps nécessaire.

    J'aime

  2. Pour ma part j’en suis maintenant a deux ans et 7 mois.
    J’aurais jamais cru.
    Et je pensais ces derniers mois que j’en arrivais a la fin, mais je me suis trompée. M’enfin c’est souvent que j’ai cru que ça se terminait , mais non mais non! Y a encore ça, ah bah oui. Bizarrement quand ça arrive cet autre arbre je suis pas surprise. Qques part je savais qu’il fallait s’y coller. C’est comme ci je le voyais tout au loin mais que je voulais pas m’en approcher.
    Depuis le début de ma psychotherapie j’ai réglé pas mal de choses, des grosses choses qui ont changé un peu ma vie, et ça m’a beaucoup beaucoup soulagé.
    Donc auj et depuis un certain temps quand je m’approche de l’arbre j’ai beaucoup moins peur, oh je sais que ça va etre difficile, long, que je vais avoir mal ( la dessus j’ai du mal quand même) mais je sais aussi que ça va marcher, qu’il faut en passer par là, surtout quand on sait qu’on est bien accompagnée ca facilite les choses.
    En ce qui me concerne ma psychotherapie est primordiale. Je dis pas que j’ai pas eu des moments de relâchement parce que….ben ma claque quoi faut que ça s’arrête. On voudrait que tout soit réglé rapidement hop on en parle plus. Et puis certains événements, certaines rencontres rappellent combien certaines choses sont loin d’être réglées. Pas de bol.
    Elle est importante a tel point que ces derniers mois j’ai eu de gros soucis financiers, sans honte auj j’avoue qu’il y a eu des moments où je ne mangeais pas. Mais je me suis toujours arrangée pour pouvoir payer mes séances, quitte a faire l’impasse sur d’autres choses. Parce que si je m’arrêtais dans ma thérapie, je ne la reprendrais probablement jamais, et je n’aurais pas réussi a surmonter ces derniers mois.
    En résumé, c’est long pffff, c’est parfois laborieux , c’est douloureux aussi, ma foi j’ai découvert que j’y survivais, c’est couteux c’est vrai mais je le vois comme un investissement pour l’avenir. Et dieu seul sait que je ne me projetais jamais dans le futur.
    Experience a vivre, sensations fortes garanties.

    J'aime

  3. Le motif de ma venue chez ma psy était clair. Cela faisait un an que je ne dormais plus, depuis le viol de mon fils. Elle m’a bien aidé..et puis toute la forêt qui était derrière est venu me saluer. Alors ça fait un an que j y suis et j ignore quand ce sera fini.
    Cette nuit j’ai fait une insomnie et le sujet de mes préoccupations était l avancement de ma psychothérapie..
    Je me sens tellement incapable de réaliser les changements que j’ai espérés que j’ai envie de laisser tomber..mais ce n’est pas possible de faire marche arrière.. ce serait me trahir et puis trop de risque de finir par me jeter sous un tram.
    Alors j en suis là. J ai l impression de m etre perdue dans un labyrinthe, d avancer a tâtons en espérant que ma psy a une idée plus precise du chemin vers la sortie.
    Rude mais nécessaire, probablement vital.
    Si seulement je n avais pas encré si profondément en moins cette idée que je ne vaut rien.

    J'aime

    1. Non ta psy ne connaît pas le chemin, toi seul le connaît. Mais peut être t’es tu fixé des changements trop grands, trop inatteignables. Il faut commencer par voir petit, il sera grand temps une fois ces petits changements réalisés de passer à des plus grands.

      J'aime

      1. Me débarrasser de cette voix intérieure qui me repete « you re nothing you deserve nothing you re bullshit » des que qqchose ne va pas. Cette même voix qui ne veut pas que je prenne soin de moi, qui me tiraille quand j’ai envie d être féminine.
        Je ne suis pas pressée je veux juste croire que c est possible.

        J'aime

        1. Tu diras à ta voix que le.but de la vie n est pas de servir a qqchose, nous ne sommes pas des objets, mais de profiter au mieux su temps qui nous ai donné. Bref ta voix cherche juste a te dire « je vais te pourrir la vie ». Et qu est ce qu on fait quand qq’1 ns pourri la vie ?

          J'aime

  4. J’ai envie de témoigner pour confirmer ce que tu dis:

     » l’équilibre psychique passe avant tout le reste » => j’ai pas mal somatisé, alors aujourd’hui quand ça ne va pas physiquement, je me pose la question « qu’est-ce qui ne passe pas? Qu’est-ce que je refuse d’admettre? Qu’est-ce que je bloque? » et bizarrement quand je trouve, le mal physique passe..
     » on entend « mais pourquoi n’ai je pas fait tout cela plus tôt ? » » => après 9 mois de thérapie, j’ai dit à ma mère (qui me déblatérait tout un argumentaire sur ces « laveurs de cerveau que sont les psy, et que j’allais me faire embrigader dans une sorte de secte et qu’ils allaient me changer, et que c’était dangereux, et que…et que… ») que c’était sûrement la meilleure chose que j’avais faite de toute ma vie de me décider à aller consulter. Et malgré tous les arbres que j’ai eu l’impression de prendre carrément sur la tête, je continue à le penser.

    Ça fera 2 ans en septembre. J’avance plutôt vite et moi aussi, j’étais convaincu que ce serait l’affaire de quelques semaines au début, puis de quelques mois, et puis nous voilà à 2 ans. Il y a des semaines où j’ai ramé grave avec cette impression d’être au fond du trou, voire que la vie ne valait pas la peine d’être vécu pour autant de souffrance. Malgré cela, je n’aurais et je ne ferai pas marche arrière. Car il y a d’autres moment où tout d’un coup, tout est clair, comme si un voile était enlevé de devant mes yeux et que je ne voyais plus flou ; et ces moments-là sont les plus forts! La sensation de légèreté qu’ils procurent, c’est une vraie libération, on a l’impression de tout comprendre, tout décoder!

    J’avoue que après 2 ou 3 séances, j’étais allée voir sur Internet et certains sites disaient que ça pouvait durer 10 ans. Je me rappelle que je m’étais dit « hop, hop, hop, pas question! Je ne vais pas bien et je ne vais sûrement pas rester comme ça pendant 10 ans! Va falloir que ce soit efficace : je lui dis tout à la prochaine séance et on finit ça vite fait! »… et j’ai dit beaucoup de choses… mais entre dire, intégrer, et évoluer, il y a un monde et ça prend du temps!

    J'aime

  5. La mienne me semble interminable ! C’est exactement la même sensation que procure l’illustration de cet article : un escalier sans fin. Cela fait un an et demi et je sature déjà.
    Et pourtant je m’accroche. Je ne suis jamais arrivée en retard et n’ai jamais raté une séance.
    Ma motivation tient sûrement au fait que je progresse, je m’ouvre, je suis plus connectée à moi même et c’est bien agréable.

    Je me suis mise 2 ou 3 ans comme deadline (je ne m’en suis pas vantée auprès de ma psy) 🙂

    J'aime

  6. Moi aussi au début je me suis dit « allez 1 an voire 1 an 1/2 grand max et c’est bouclé, hors de question que j’y passe beaucoup temps de tout de façon mes problèmes sont minimes donc ce sera rapide » sauf que… bein… ça fait 5 ans et des poussières !! (j’ai l’impression qu’on parle d’années de taule lol) eh oui à chaque je découvrais un gros et beau arbre bien planqué derrière celui que je venais d’abattre, genre à bout de souffle d’être venu à bout de l’arbre récalcitrant et j’en découvre un autre et je me dis oh punaise je ne l’avais pas vu celui là et là généralement j’avais besoin d’une pause (j’annulais 1 ou 2 séances max) pour récupérer tellement j’étais à terre, avec une terrible envie de tout envoyer valdinguer : j’arrête la thérapie, c’est trop dur, je suis exténuée, je veux qu’on me fiche la paix, allez vous faire f… bref le tsunami. ..
    Et puis à chaque fois je me suis posée les bonnes questions, j’ai puisée l’énergie au fond de moi en me disant qu’il fallait que je me batte pour moi car je le vaux bien (pas mes cheveux mais moi 😉 je retrousse les manches de ma chemise à carreaux de bûcheron, je reprends ma hache mais cette fois-ci en prenant le temps d’analyser l’arbre et de me dire comment je vais m’y prendre avec celui là et plus j’avance et plus le diamètre du tronc rétrécis donc plus ça facilite la tâche.
    Depuis je suis fière de moi car je n’ai plus annulé de rdv et j’arrive garder la tête hors de l’eau quand en séance on travaille un point critique pour moi.
    NE PAS LÂCHER !! On mérite de se sentir mieux alors on met tout oeuvre pour y arriver et on se surprend à découvrir qu’au fond de nous, sommeillait un « super héros bûcheron » avec la cap et tout et tout…. 🙂

    J'aime

  7. pour ma part au début mon médecin m’avait dit: « allez voir un psy, en 6 ou 8 séances vous irez mieux ». Ça fait maintenant 3 ans dont 2 ans pour sortir du burn out et maintenant ce sont des séances sur demande, concept que je n’ai toujours pas intégré.

    J'aime

  8. Bonsoir,
    J’adore l’image de l’escalier … ces marches qui n’en finissent jamais !
    J’avais dit : moi chez le psy , jamais ! puis un jour on passe la porte et là …
    Tout est est chamboulé ! Moi, je l’ai passée alors que je ne savais plus sortir de chez moi … après un certain temps … les choses s’améliorent … on « règle » certains problèmes , on trouve des portes et on je les ouvre … aujourd’hui, j’aimerais continuer à ouvrir ces portes pour me sentir MOI pour vivre sans me rabaisser … dire que j’existe ! Oser avancer par moi .. il y a encore du boulot mais j’ai confiance je veux me donner cette chance maintenant que j’ai passé cette foutue première porte! Alors oui cette psychothérapie va sans doute durer plus longtemps que prévu mais je m’en fou ! Cela me fait du bien même si je passe par des moments très durs avec des hauts et des bas … les hauts en valent la peine ! J’en vaux la peine! Passer avant les « autres »

    J'aime

    1. Ceux qui restent oui. Mais il y a beaucoup de personnes qui viennent 1 séance et ne continuent pas parce qu’ils viennent juste chercher des conseils ou pensent que je dispose d’une baguette magique…

      J'aime

  9. Bonjour,
    sujet très intéressant. J’avais une petite question , quand votre psy vous dit c’est bon après deux ans de thérapie, cela veut dire c’est bon nous avons fait le tour, je dois voler de mes propres ailes ou est ce que le psy m’a donné toutes les pistes et ne peut me donner plus dans le suivi? merci pour votre retour

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s