La page où on dit ce qu’on ne dit pas ailleurs

Voilà c’est LA page.

Celle où vous pourrez laisser un commentaire joyeux joyeux que vous ne saviez pas où mettre ailleurs.

Celle où vous pourrez des questions sans rapport avec le reste ou ce qui vous vient dans la tête.

Celle qui peut ne servir à rien comme apporter de grandes réponses.

Celle où vous direz ce que jamais vous n’avez pu dire.

Bref, LA page essentielle.

A vos claviers !

Publicités

1 433 réflexions sur “La page où on dit ce qu’on ne dit pas ailleurs

  1. Bonsoir 🙂
    En fait, je suis nouvelle ici mais j’ai déjà lu enormement d´articles tous tres passionnants. C’est un plaisir de les découvrir…
    Sinon, j’ai un petit problème. Je suis toujours sur tension et depuis toute petite. J’ai l’impression d’avoir une tornade en moi et j’ai l’impression qu’il y en a une aussi l’exterieur Qui rode un peu partout et qui peut faire des dégâts a non ńimporte quel moment. Je suis en permanence coincée même quand’ jy pense pas, le soir quand je rentre je suis juste épuisée été j’ai mal partout. En fait, j’ai l’habitude de cet état d´anxiete en moi. A l’extérieur, je parais calme…
    Je parle très vite, je ne peux rester assise bien longtemps, je calme mes tensions via la nourriture, j’ai tjrs besoin d’adrenaline. Le calme me fait peur, m’angoisse. J’ai souvent besoin d’etre Seule pour me calmer et m’evader. Je dors énormément. C’est mon répit….

    Je suis en thérapie depuis bientôt 3 ans. J’ai pu régler bcp de choses mais je ńarrive pas pour ce problème …même avec vous les médicaments. Même pour ma psy c’est fatigant ….est ce que Vergi vous auriez des pistes à me conseiller? Des idées du problème ou même pensez-vous que l´hypnose pourrait m’en permettre de remonter au traumatisme ?
    Merci beaucoup

    J'aime

    1. Non pas vraiment, l hypnose ne sert pas à grand chose mais surtout pas à ça.
      Vous prenez des medocs ça c est plus intèressant. Vous prenez quoi ? Des anxiolytiques, des AD, des antipsychotiques ?
      Au premier abord ça fait penser a de l hyperactivitè réprimée mais ça pourrait être aussi le besoin d aller vite parce que sinon il y a la peur de ne pas avoir le temps de parler ou de faire… rien n est fatiguant pour la psy, si elle l a dit faut en changer si tu le penses t as encore du travail sur tes projections et ta peur de dèranger…

      J'aime

      1. Merci pour votre réponse…Je prends des anxiolytiques et des antidépresseurs. Ca a pu m’aider au niveau de la déprime que je ressentais mais je suis toujours très tendue…Quand il arrive qqch de grave qui me touche (maladie, catastrophe…), je me dis que je fais bien de rester tendue..
        En fait pour ma psy, je le pense surtout mais parce que je le ressens vraiment (mais je reste d’accord avec vous sur ma peur de déranger…)

        J'aime

        1. Bon quand on prend des AD et des anxio on n est pas en dèprime on est en dépression avec crises d angoisses. Et en fait tu anticipes la.venue de l angoisse alors tu restes angoissée. Bref c est la.peur de la crise qui declenchee la crise. Donc psychothèrapie cognitivo comportementale + versant analytique afin de comprendre pour tu as appris à nz pas déranger et du coup à tout dire vite afin de déranger par la parole le moins longtps possible. La question sous jacente va être de savoir si ça s appuie sur du reel ou si c est de l interprétation.

          J'aime

  2. bonsoir,
    J’aimerais savoir pq j’ai tellement de mal à dire à ma maman pq je me sépare de l’homme que j’ai épousé … j’ai tellement de mal à lui en parler .. peur de la décevoir lui faire du mal car elle l’apprécie .. elle a 83 ans ! ou peur de lui avouer que je me suis trompée comme ns tous ! ou peur définitivement de faire u trait sur ce passé .. avec elle je crois que je le respecte .. une fois qu’elle saura cela sera sans doute définitivement fini ! je crois que je réponds à mes questions en t’écrivant .. comme souvent .. elle m’a éduqué dans le respect .. dans l’idée que la femme doit accepter ! je me suis tjs révoltée contre cela car le respect l ‘amour ce n’est pas cela !et aujourd’hui je me sens identique à elle ! il m’aurait trompé avec une femme .. mais non c’est bien plus compliqué !! à avouer même pour moi !! oui je suis blessée oui j’ai mal pour les garçons , oui j’ai mal pour mes enfants oui je suis en colère

    J'aime

    1. je ne pense pas que la psy que je vois ne peut m’aider ..; elle me fait parler mais cela suffit-il ?? je sais ce n’est pas à elle c’esst moi qui doit .. m’aider ! je devrais faire un trait et dire bye bye mais je n’y arrive pas !! la suite de ce qu’il va lui arriver fera ou pas du mal à mes enfants … et j’espère énormément de bien à ses victimes !

      J'aime

      1. Je ne sais pas si tu as raison ..
        Je ne vois pas quel intérêt j’ai … alors oui savoir les autresbien est ma préoccupation ne pas faire souffrir !
        Moi qui suis-je? que suis-je ? suis-je si transparente ?
        j’aurais tendance à dire que cela m’est égal même si au fond de moi ce n’est pas vrai !
        j’aimerais .. comprendre comment je dois fonctionner .. comment me voir intéressante ..
        j’ai l’impression de compter pour du beurre estime de soi ? comment la gagner ?
        ça fait mal .. parfois c’est plus facile d’aider les autres !
        Tu me renvoies certaines vérités , qui me font réfléchir j’ai l’impression de stagner en fait !
        et parfois souvent je me demande ce que je viens chercher ici .. je devrais arrrêter mais oui c’est vrai tu me relances dans ma réflexion .. même si parfois je suis en colère ..

        J'aime

      2. Voilà je l’ai dit à ma maman ! cela l’a retourné . Moi je me sens plus légère !
        Pourquoi je prends sa honte sur mes épaules ? C’est lui … j’ai l’impression quand le « couvrant » je me protège .. alors que je n’y suis pour rien!

        J'aime

  3. Bonsoir,

    Je voudrais savoir si vous avez entendu parlé du toc du couple / ROCD ?

    Est ce que c’est sérieux comme problème .

    Je compte aller voir un psychiatre car au dela de ce que je peux lire sur ce sujet (dans lequel je me retrouve : obsessionnelle ) je suis hyper angoissée quand je tombe malade. J’ai de vertiges de positionnement, le malaise c’est horrible pour moi. La dernière foi j’me suis rendue malade à angoisser de vomir etc.
    Bref je suis une angoissée et je pense qu’une thérapie me fera grand bien.

    En outre je voudrais en parler à mon futur psychiatre parce que je m’y retrouve beaucoup.
    J’ai rompu une relation après 1 mois d’angoisse à me dire que j’ai pu de sentiments . Aujourd’hui je pense que j’y ai cru au point de rompre.
    Il y a une semaine jai repris la même angoisse. Au cours de mes insomnies à chercher des points de comparaisons je suis tombée sur cette histoire de toc du couple.

    Je ne voudrais pas avoir l’air bête devant mon futur psy…

    J'aime

    1. Allea je vais être gentille. Le « TOC du couple » n existe pas. C est une invention pure et dure de sites de rencontre amèricains repris par des sites français (d ailleurs on n en parle que sur des site « lovejenesaisquoi » ou des forums pseudos psy où n échangent que des femmes dèpressives). Parce que c est un effet de la dépression. Alors oui il f!ut voir un psyCHIATRE pour les antidèpresseurs et voir un PSYchologue psychothérapeute pour en sortir.

      J'aime

  4. Bonjour, est-il vrai que dans le cas d’une personne souffrant d’un trouble multiple de la personnalité, il existe au moins une personnalité ayant conscience de l’existence de toutes les autres ? Merci.

    J'aime

    1. Oui c est celle qui détient les « cles » de la réunification, elle est souvent totalement cachée et parfois n a mêmr pas accès à la parole. Bref c est l inconscient ds toute sa splendeur.

      J'aime

  5. Bonjour,
    Je me demandais si il t était déjà arrivé de conclure avec un patient que celui-ci pourrait aller mieux en arrêtant sa thérapie?
    Personnellement, j’ai l impression que j arrives mieux a contrôler mes peurs quand je fais des pauses. Alors je suis bien obligée de trouver des solutions. Quand je vois la psy, c est pire que moi, je contrôle beaucoup moins. Je crois que quelque part je cherche une forme de protection. Et puis j’ai beaucoup plus de mal à stopper mes questionnements intérieurs qui me déstabilisent.

    J'aime

    1. Michèle: aviez-vous moins peur avant la thérapie ? comptez-vous en parler à votre thérapeute? quel intérêt trouvez-vous à y retourner ? La réponse de Vergi m’intéresse ; )

      J'aime

  6. Est-ce vous pensez qu’il est possible de réintégrer en une une personnalité dissociée sans l’appui d’un thérapeute ?
    Ou alors ce type de trouble demande absolument un travail psychothérapeutique …

    J'aime

  7. Bonsoir Vergi, je me demande ce qui fait qu on arrive ou pas a intégrer psychologiquement, la volonté?l’intelligence? Ou a cause d un clivage, d une dissociation?
    Est ce possible d intégrer, de comprendre consciemment mais que l inconscient n intègre pas.
    Je ne sais pas si je suis très compréhensible 😜

    J'aime

    1. Oui parce qu il faut que ce que l on sait consciemment vienne modifier l inconscient. Cena veut donc dire qu il faut cela « remonte » or l inconscient fonctionne par symboles et il tenf a rèsister puisqu il est contrôlè par la « censure » (et les conditionnements). Cela veut donc dire modifier les conditionnements et cette censure avant tout ! Pas facile, cela demande des efforts, une lutte avec ce qu on ns a mis ds le crâne et une modification des comportements. Ce n est donc pas une question d intelligence ni de volonté mais de persistance ds le temps et la remise en question des conditionnements passés, l acceptation aussi qu on peut changer. Après pouvoir est une chose, vouloir en est une autre. Car la « censure » trop forte peut vouloir que rien ne change. Or chea les victimes de traumas cette censure est devenue une dissociation qui tend à vouloir vivre sa vie.

      J'aime

      1. Merci pour ta réponse Vergi, j’ai un peu de mal à comprendre la notion de censure et de symboles.. pourquoi pas un article dessus ?

        J'aime

  8. Bonsoir Vergi !
    J’ai peur!
    Peur du jugement, peur de me tromper, peur.. tout simplement!
    Je fais quoi? Peur de ne pas avoir assez de force .. essayer d’accepter cette peur ! et après cela ne la fait pas disparaitre ! elle ample ! envie de fuir .. l’affronter? pour avancer ? mais en suis je capable ? là je suis plus adulte je cherche du courage les mots justes .. Abandonner ? ho oiui mais ce serait la facilité ce serait reculer .. j’en suis consciente la prendre avec moi et affronter ! mais en suis -je capable ? il n’y aucune raison d’avoir peur mais hélas elle m’habite et me fais trembler! il y a un an elle m’a fait abandonner ou « simplement » accepterque jedevais m’arrêter .. mais là aujourd’hui je ne peux pas je dois avancer sinon à quoi sert cette thérapie ?

    J'aime

      1. La fameuse colère! Je n’ai aucune idée de comment l’exprimer, sachant que je ne la ressens même pas, pas encore… J’ai hâte!

        J'aime

      2. merci de ta réponse … je ne me sens pas en colère …
        j’ai essayé d e me mettre en colère contre ma peur ou de la raisonner ..
        ce matin j’ai affronté avec la peur j’y suis arrivé … j’en suis fière j’aimerais comprendre travailler sur cette colère qui est certainement caché on fond de moi ! Parfois quand elle surgit je lui dit (merci maman merci papa ) on ne se met pas en colère on la cache la tait !
        j’essaye d’apprendre à comprendre mais avant tout à ressentir les émotions .. seulement je ne sais pas très bien qu’en faire … je vais relire certains de tes articles .. lol

        J'aime

  9. Je voudrai te présenter mes excuses parce que tu sais en fait je suis naj. J’avais effacé mon compte mais je pensais que ct mon adresse ip qui était bloqué et non pas mon compte. Et je culpabilise bcp parce que je ne voulais pas poster en incognito.

    J'aime

  10. Je prends de la place ici .. nul part ailleurs ! Mes douleurs physiques et du coup psychologiques !!
    pffff des regrets des et si j’avais su .. de la colère sur ce que je n’ai pas compris … sur moi !! c’est tellement difficile de se reconstruire ! si j’étais seule .. la solution serait si simple! mais .. je peux pas … et pourtant envie de craquer à jamais! et tout oublier !! Juste un échec ! pas possible de recommencer et puis j’ai fait du bien .. mais juste envie de me reposer !! ne plus réfléchir! et dire à plus ! Ailleur!

    J'aime

    1. craquer .. oui une solution laisser aller mes émotions ..ma psy me le « demande » me le souhaite … et moi qui résiste …je suis pas loin de comprendre mais une part de moi résiste dit non avance ! Je ne peux pas ! J’entends une voix qui dirait « t’es fière de toi ?  » cette voix sacré!
      Alors pour lui , j’avancerai ou pas … c’est mon « tuteur » mon père !!! Sacré et détestable mais personne ne peut y toucher peut être juste moi …mais pas encore prête de recraquer et de tout abandonner.. le travail continue! demain j’en parlerai .. mais toi Vergi que dirais-tu ??

      J'aime

      1. Je ne peux être à ta place et personne ne peut y être… la voix sacrée me fait penser à « voie sacrée » qui permet la fondation de la Cité… mais on avance pour soi et par soi. Les parents n ont qu un rôle passager…

        J'aime

  11. Je suis dans une situation délicate concernant une suspicion de maltraitance d’une petite fille. Je ne sais pas quoi faire.
    Je travaille au bloc opératoire, la semaine passé, on a une petite gamine de 8 ans qui vient pour un examen anal et examen gynéco sous anesthésie générale.
    Je fais mon travail comme d’habitude, je l’accueil , je l’endort. Petite complétement refermée sur elle même. Ca arrive souvent, y’a des petits qui sont moins bien préparé au bloc que d’autre.
    LA gynéco arrive, je lui demande si il faut installé la petite sur les étrier, elle me dit oui. J’installe la petite, et faut dire qu’a ce moment je fais mon travail, ma routine je ne pense a rien de particulier. Aussitôt installé, je vois la partie intime de la petite toute dilatée. on voit le fond du vagin rien qu’a l’œil. Je trouva ca très bizarre. Moi au courant de rien, la gynéco regarde et dit  » bon , je crois que c’est clair » Je ne comprend pas trop, qu’est ce qui est clair? Elle me demande une sonde pour vérifier la présence de l’hymen. On ne s’amuse pas a rechercher les hymens des gamines pour rien. La petite se réveille, je dois m’occupé de son anesthésie. J’entend parlé de fissures anciennes, de muqueuse très fragile je ne suis plus trop dans le coup pour le reste de l’examen.
    C’est l’heure de ma pause, j’en ai profité pour filer, c’était trop perturbant pour moi.
    Ma pause se termine, je retrouve la petite pour la réveiller et on la ramène en salle de réveil. Je ne dis rien de particulier a mes collègues du réveil. Y’en a une qui vient me trouvé, elle me demande ce qu’elle a cette petite, elle est prostrée, pas connectée, ils n’ont jms réussi a avoir un contact avec elle. J’explique un peu les suspicions. Avec ma collègues, on va trouvé le médecin pour en savoir un peu plus. Elle nous explique que dans le dossier, il y a des doutes concernant son pére. LA petite se plaind de douleurs a la partie intimes et des saignements, c’est ce qui à fait qu’elle a consulter. Elle nous explique qu’a la consultation anesthésiste pré-opératoire, la petit etait très fermée, qu’il y avait sa grande sœur de 12 ans qui coupait tout le tps la parole de la petite. La petite ne pouvait rien dire. La grande prenait le dessus tout le tps. Le medecin nous dit que la mére à l’air complètement ailleurs, elle réalisa pas pourquoi sa fille est là et pourquoi elle passe cet examen le lendemain.
    Je demande au medecin ce qui va se passé maintenant, si il va y avoir enquête? Elle me dit que c’est des situations très délicate, il faut vraiment avoir des preuves en beton. La petite à vu une psychologue et nie tout. LA mére nie tout aussi. LA petite est en hospitalisation sociale. Ca date du 18 novembre.
    Je n’ai pas accés au dossier médicale, je ne connais pas les conclusions de l’examens.
    Evidement ca me perturbe. Je me projete ds cette petite. Des fois j’ai l’impression de perdre mon objectivité.
    Je fais ce que je ne peux pas normalement, mon mari étant inspecteur de police, je lui demande si il sait vérifier si y’a une procédure en cour. Il passe plusieurs coup de fils dans la zone de police de l’hôpital, et du lieux de résidence de la petite et du pére, il n’y a rien en cours. Le pére à des ATCD de coup et blessures, mais rien d ‘autre. Il me dit qu’il peut faire qqch pour qu’il y ai juste une enquête. je lui dis de ne rien faire, je ne veux pas court circuité une procédure des services sociaux de l’hôpital. Elle est prise en charge.
    Il parle de tout ca à ses collègues, il passe même un coup de fils a la cellule spécialisé. LA petite est rentrée à l’hôpital le 18 novembre, rien n’est fait. Il faut p-e encore laissé du tps pour les procédures, pour la laissé parlé a la psy? Ou l’examen médicale et psychologique à p-e démenti les suspicions? C’est possible aussi.
    Je me fais p-e des films a cause de mes projections? pourtant tout ce que je raconte est objectif. Les doutes sur le pére est écrit noir sur blanc ds le dossier ( c’est le medecin anesthesiste qui me l’a dit )
    Mon mari me sonne tantot, la cellules spécialisé lui a dit de prévenir le parquet, que je serais convoqué anonymement pour faire une déposition de ce dont j’ai été témoin à mon travail. Bizarrement, des qu’on parle de chose concrète, j’ai des doutes de ce que j ‘ai vu, entendu. ( grrrr) Et si je me fais des film?, si je me projette et j’exagère?? Et si une partie intime peut etre dillatée a ce point du a un problème de santé, une anomalie anatomique? JE ne connais pas les conclusions de l’examen.
    Logiquement elle est prise en charge par les service sociaux, j’ai pas a me préoccupé de ca. Ce n’est pas mon problème normalement.
    Mon mari me dit que ca commence à prendre du tps, il ne faut pas lancer les démarches 2 mois après. JE lui dit que je ne suis pas formé et habilité à confirmer les suspicions. Il me dit que de toute manière c’est pas à moi de le faire, c’est a l’enquête de le déterminer. Qd y’a suspicion, on fait une enquête et c’est les conclusions de l’enquête qui compte. C’est tout. Je ne sais pas quoi faire. Attendre ? Mon mari voulait sonné tantot au parquet, il dit qu’on ne laisse pas des suspicions comme ca sans procédure. L’hôpital ne fait pas son boulot. Mais elle est prise en charge, elle a vu une psychologue, elle a une prise en charge social. JE ne sais pas quoi faire. J’ai peur de passé pour la folle qui se projette et voit le mal partout, et qui croit sauver le monde. pffff Comment ca se passe ds les suivis psy qd y’a suspicion.? LA petite est p-e toujours en sécurité hospitalisée et ils attendent qu’elle parle avec le suivis psy? Ou c’était des suspicions non confirmée. Arffff c’est une prise de tête pour moi…

    J'aime

    1. Pourquoi tu n appelles pas les services sociaux ? Tu pourrais à son AS et lui dire que tu t inquiètes parce que tout ne parait pas clair. Tu ne poses surtout pas de certitudes mais tu poses une hypothèse, un doute. Après c est a eux.de faire l enquête. De toute façon si la gamine eqt briefee elle ne parlera pas au psy ou alors il faudrait qu elle soit en confiance totale (pas de retour chez elle, pas de représailles, pas de conflit de loyauté…). T auras au moins fait quelque chose.
      Après tu ne peux pas faire grand chose de plus sans preuve et si elle n avoue pas.

      J'aime

      1. Excuses moi Vergi mais je m’insurge😠. La petite peut dénoncer mais en aucun cas avouer! Avouer à pour moi une connotation de révéler une bêtise, quelque chose de mal. La définition larousse:
        Reconnaître qu’on a fait, pensé quelque chose de mal, de fâcheux, de regrettable.
        Je me bat pour que mon entourage arrête de dire que j’ai avoué! Non j’ai dénoncé! C’est pas du tout pareil!😜

        J'aime

        1. Nous sommes d accord. Mais je ne.pensais pas a dènoncer (le père) mais avouer avoir subit., car avouer au sens figuré veut dire « reconnaîtte que qqchose est vrai ».

          J'aime

  12. On ne peut rien faire si elle ne dénonce pas ? Je pense que si. Une enquête peut être effectuée ( discussion avec l’entourage, l’école, la mère, le père.. ) Tu as vu quelque chose ou en tout cas tu as des doutes. Tu peux (dois?) faire une déclaration de situation préoccupante ( ancien « signalement ») auprès du Conseil général de ton département. Tu trouveras un formulaire en ligne. Au pire ce que tu penses avoir se révèle faux RT tant mieux , ou alors ta déclaration fera doublon avec celle du médecin ou de la psy, au mieux tu auras aidé cette petite car tu auras appuyé les doutes d’autres acteurs, ou fait accélérer la procédure, ou aura été la seule à faire quelque chose. Tu vas perdre 30 petites minutes de ta vie et peut-être aider cette petite. Sache que tu peux simplement émettre des doutes dans ton signalement d’information préoccupante. Qu’en penses-tu?

    J'aime

    1. Je peux t’aider à trouver la procédure sur le site de ton département et à rédiger aussi. Je peux te dire que certaines personnes dans certains services sociaux ne voient ou ne font rien dans certaines situations graves. Je peux te dire que si tu envoies une « information préoccupante » avec tes doutes tu seras sûrement convoquée au commissariat rapidement ou au moins appelée.

      J'aime

    2. Si on ne trouve rien de probant les parents pourront se retourner contre Lysavie pour diffamation.
      Mais Lysavie a ecrit qu il y a déjà intervention des services sociaux et que la petite a dèja vu un psy. Le premier relai c est la hièrarchie et un certificat mèdical il me semble.

      J'aime

      1. oh ca fait flipper évidement! MAis je n’ai pas à faire de démarches, mon mari lancera la procédure, et il dit que je serais covoqué pour une déposition en anonyme. Mais bon, pas si anonyme pcq c’est mon lieu de travail.
        La gamine est rentrée chez elle, le rapport médicale du gastro-entérologue dit que les douleurs viennent de lésions liées a de la constipation chronique. Je n’ai pas vu le rapport de la gynécologue.
        Mon mari dit que c’est bien le problème des hôpitaux, ils ont des doutes, ils restent entre eux, ne font que rarement intervenir la police sauf si il y a des preuves flagrantes avec certitude ou dénonciation. C’est dommage. Il faut attendre quoi?
        Mais j’ai vu sa partie intime, j’ai vu que la gynécologue trouvait ca étrange, ils ont eu la démarche de vérifier l’hymen, c’est que le doute est là. ( il me semble même qu’à cet âge, on peut se faire violé et garder un hymen intact)
        Donc cette petite s’est présenté à l’hôpital, les médecins ont des doutes, les examens ne sont pas assez flagrants , la prise en charge social et psychologique ne révèle rien, ou pas assez, donc ils ont arrêté les démarches. Mais qd on sait comme ce genre de choses est difficile à découvrir et que le secret est si bien gardé, je me demande pourquoi ils faut attendre autant de preuves pour faire intervenir la police. Maintenant j’imagine aussi, si j’ai une enquête de ce genre sur mon dos avec mon fils, j’irais clairement en diffamation aussi ! Ca peut gâcher des vies!
        Il faut que je fasse confiance à la prise en charge de l’hôpital. MAis je ne sais pas pourquoi, j’ai du mal….

        J'aime

        1. Si tu désignes l’enfant et sa famille de résidence, cela revient à désigner les parents. C’est bien pour cela que la plupart des professionnels répugnent à faire des situations préoccupantes car parfois cela se retourne contre eux.

          J'aime

  13. Je crois que mon message n’est pas passé
    Tu peux te mettre en contact avec l AS de l’hôpital. Si c’est une hospi protection de l’enfance elle doit avoir les coordonnées des services sociaux.
    C’est à elle de le faire remonter et peut être en te demandant une petite note reprenant ce qui t’inquiète.
    Sinon ton supérieur hiérarchique doit se charger de faire remonter l’info. Et du coup en parler au medecin au passage.
    Sinon en individuel tu peux appeler le 119 ou saisir le procureur par une information préoccupante . Tu ne risques rien car tu ne informe de ce qui te paraît inquietant. Le procureur agira ou relancera une enquête … si tu es interrogee en anonyme idem tu es préservé

    J'aime

  14. je ne sais pas comment cela se passe en France … Mais , hélas, j’ai déjà dénoncé (pas évident peur de se tromper ! ) , enquête il y a eu et je n’ai jamais eu de problèmes … le but n’est pas tjs de punir mais avant tout de prévenir et d’aider … la priorité est l’enfant ! Il vaut mieux prévenir émettre des doutes un questionnement que de fermer les yeux!

    J'aime

    1. On est bien d accord. Mais je connais un psychiatre, les suspicions ayant ètè fausses ou en tout cas l enquête n ayant rine donné, qui a étè poursuivis. Après il y a l art et la manière de rèdiger…

      J'aime

  15. Bonjour, je suis la « petite cannibale » qui avait posté cet été, si certains ont lu mon texte et s’en souviennent. Je souhaiterai en partager un nouveau avec vous, que j’ai intitulé « petite humaine ». Je m’ancre dans la vie, solidement et sûrement et voulais donc partager cet ancrage avec vous tous.

    En plein cœur de la nuit,
    Enveloppée par un voile parsemé de diamants,
    Une petite humaine renaît de ses cendres.
    Couchée sur le sable qui caresse sa peau d’enfant blessée,
    Elle se laisse approcher par l’écume innocente.
    Une paix immaculée lui murmure à l’oreille.
    Une flamme onirique ravive ses désirs.
    Un souffle de vie imprègne tout son être.
    Petite humaine est seule sur cette plage
    Où doit bientôt naître une source candide.
    Son nectar est si clair et si opalescent,
    Son parfum est unique.
    Petite humaine survole cette étrange accalmie,
    Derrière elle s’estompe les falaises échancrées.
    Qui l’ont un jour condamné à embrasser le vide.
    Les rochers menaçants, le temps les a polis.
    Petite humaine a pardonné, les démons sont partis.
    Désormais elle voyage, portée par le courant de ses pensées,
    En quête de la sérénité qu’elle a tant espérée.
    Son monde intérieur s’incarne en ce rivage,
    Le sable ondule et danse, effleure sa peau fragile.
    Le vent l’entraîne vers un Eden nouveau.
    La mer l’abreuve de ses charmes salés.
    Sous ce ciel voilé, sur cette rive silencieuse
    Ses yeux brillent comme une âme qu’on ravive.

    Bon courage à tous !

    J'aime

  16. Suite à une belle insomnie, je surfe, puis je farfouille de lien en lien sur FB, j’ouvre les pages de personnes au profil qui m’interpelle et lis. Et là, Mince, je suis vraiment choquée de voir certain « lien d’amitié fb » de personnes « ami » avec toi. Vraiment très choquée également de lire un discours très orientée, sans nuance, et visiblement sans connaissance de certain sujet abordé. Vraiment surprise de trouver un certain nombre « d’ami » défendant des idées racistes, violentes, radicales, ou fichistes. Et parfois likée par ces « ami » avec qui tu échanges.

    Suffit il donc de se dire victime pour etre soutenue par ces personnes … brrr ça me glace le sang.

    J'aime

    1. Il faut de tout pour faire un monde, les amis d amis sue FB ne sont pas ceux qu on aueait nécessairement dans la vie. Après en tant que victime vaut il mieux être pris au sérieux par une personne sexiste que ne pas être pris au sèrieux du tout ?

      J'aime

  17. Vergi, une question: tu as dit quelque part qu’il fallait ne pas aller seule se confronter à son agresseur. Seulement, avec qui? Est ce sa psy peut être cette personne?

    Dans mon entourage, je n’ai personne sur qui je pense pouvoir m’appuyer. 
    Mon mari est trop impliqué et je ne me sens pas sécurisé avec lui. 
    Le mari de ma meilleure amie qui est gendarme aurait été plutôt idéal mais je sais qu’il m’a déjà dit qu’il ne souhaitait plus voir mon frère hormis dans une salle d’interrogatoire. Et puis parfois il est sanguin!

    Depuis quelques séances, on est revenu à nouveau sur ce sujet. Ma psy m’a dit que si je devais me confronter à mon agresseur, il est impératif de ne pas y aller seule; il faut que j’y alle avec un médiateur ayant suffisamment de recul sur la situation, ayant peu d’affect et étant capable de recadrer et de protéger.
    Au vu de son discours, je me suis demandée si ce genre de confrontation pouvait être faite avec ma Psy?
    Oui je sais j’ai qu’à lui poser la question! Mais j’aime bien avoir ton expérience.😉

    J'aime

    1. De toute évidence la description qu’elle t’a fait de la personne idéale semblait vouloir dire « pensez à moi ! ».
      Mais…. Je ne suis pas d’accord. Tu passerais en audition je te dirais « vas y avec ta psy », tu passerais au tribunal je te dirais « vas y avec ta psy ou ton pote gendarme ». Là il n’en n’est rien, c’est entre toi et lui. Tu as juste besoin d’une personne que tu sentes prêt de toi, qui te donne du courage, que tu peux regarder pour te rassurer et avec laquelle tu peux partir si nécessaire. De toute façon si il veut nier, il niera quelque soit la personne présente. Si il veut te culpabiliser il le fera aussi…
      Mais si tu penses que ton agresseur peut être violent et dans ce cas, en effet, prend le gendarme ou la psy. Sinon, emmène ta meilleure amie.

      J'aime

      1. Merci pour ta réponse Vergi. 
        La personne dont j’ai le plus peur, c’est moi. 
        Je ressens tellement de violence à l’intérieur quand je pense à lui que ça m’en fait peur. 
        C’est vrai que ce qui pourra dire je m’en fous, mais j’ai très peur de ne pas réussir à contenir ma colère. Je ressens une telle violence, c’est viscérale.
        Ma meilleure amie ne fera pas le poids si jamais ça déborde d’un côté ou de l’autre. Peut être que je n’ai pas encore assez travaillé sur ma colère vis à vis de lui. 
        Je me suis demandée ce que j’attendais de cette confrontation. J’ai même dit à ma Psy que je ne voyait pas l’intérêt pour vivre aujourd’hui; lui dire ma colère ne réparera pas ma sexualité, mon couple, mon estime de moi, ma confiance; ça ne fera pas disparaître ma honte et l’image si désastreuse que j’ai de moi . 
        Mais finalement ce que j’en attend c’est de me prouver que je n’ai plus peur de lui, que je ne suis plus sous son emprise. Le regarder dans les yeux et le lui dire(accessoirement lui péter les jambes, lui brouiller les c*****, lui casser les doigts un à un, lui coudre les lèvres avec du fil de fer, le brûler à l’acide😈😈😈😈 !!!non je deconne pas l’acide, ça salit!😜)
        Bref, je ne suis pas sûre de rester suffisamment calme.
        Peut être est ce pour ça qu’elle est si « insistante ». Je lui poserai la question à ma prochaine séance.

        Aimé par 1 personne

        1. Moi j’y avais pensé à lui casser la gueule ou l’égorger, mais c’est salissant. Je n’aime pas faire le ménage… Peut-être que Pinckie a des pistes ? 😈

          Aimé par 1 personne

        2. Bref Juste moi tu cherches quelqu un qui va border non pas ton psychisme (tu penses ce que tu veux) mais tes comportements. Besoin dun parent de substitution pour te dire ce qui est bien ou pas ? 😈

          J'aime

        3. Vergi je ne le voyais pas dans ce sens. Mais je l’entend.
          Justement je dois travailler plus ma colère pour l’exprimer autrement pour que le jour de la confrontation( je n’aime pas ce mot décidément! Ça donne l’effet d’un duel pour éprouver la parole de l’un face à la parole de l’autre!)je puisse le regarder dans les yeux calmement sans ressentir cette violence, qui finalement n’est peut être même pas ma violence mais peut être celle qu’il m’a imposé; je veux qu’il voit qu’il ne m’atteint plus que se soit dans la peur ou la colère ou la culpabilité.
          Si j’ai peur de ma réaction, c’est que je ne suis pas prête. Je dois essayer de me libérer de cette violence avant, je ne veux plus qu’il m’atteigne sous aucune forme.
          Un parent de substitution pour savoir ce qui est bien ou pas, je n’en suis pas sûre. Je sais que je ne veux pas lui faire le plaisir de perdre mon sang froid. Je sais aussi que lui peut être très brutal s’il se sent en danger et remis en cause. Alors je dirais que c’est plus par protection. Mais du coup, besoin d’un parent de substitution pour me protéger? Pas simple, je vais prendre des cours de self défense!🤼‍♂️🤺🏏🥋🥊

          J'aime

        4. J’aime bien l’idée de lui broyer les c…..s ! 😉😈😈😈 Mais l’idée des ukrainiens est assez séduisante. ça peut être dissuasif au cas où il aurait des vélléités de bouger . ça peut aussi faire effet « sérum de vérité » Lol. Pourquoi ne pas penser à toutes tes propositions face à lui ? Est ce que quelque part, ça ne pourrait pas canaliser la colère? Le penser mais rester calme extérieurement…😉🙂

          Aimé par 1 personne

  18. C’est un tel bazar dans ma tête ce matin. Ce matin et hier. Le calme est revenu mais j’aurai pu tout démolir ce matin à commencer par moi.
    Ma psy qui me dit hier en séance qu’elle ne s’était pas énervée contre moi mais contre la partie qui sabote, c’est surréaliste et en partant ça m’a mise dans une colère qui aurait pu me faire tout détruire, j’ai eu peur de m’en prendre à mes enfants de ménerver sur eux. Ce matin idem, c’était la lutte totale pour ne pas déraper.
    J’avais l’impression que je la menais en bateau ou je sais pas quoi, et en l’appelant j’ai pu lui dire et je sais pas trop bien ce que je lui ai dit, et quelques min après le calme est revenu. ca fait des semaines que je vois plus d’espoir, et il revient un tout petit peu. Mais j’ai quand meme une trouille monstrueuse.
    Je le pose là si tu me l’autorises. parce que tout ceci me dépasse et que j’espère ne pas revenir en arrière.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s